A l’UGB,la grève étudiante !

La grève est arrêtée-sinon disons par circonspection suspendue-  à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, du moins, c’est encore le cas lorsque nous mettions cet article sous presse.Le mouvement étudiant semble faire figure de  lame de fond pour le moins, c’est ce qu’on peut dire. Ses agissements se font selon les réformes que les autorités universitaires veulent impulser ou pas à Saint-Louis. Par exemple, l’année passée a vu se dérouler le débat autour de la privatisation des masters Pro, jusque là, qu’on payait sans bourse délier.Cette année surtout témoigne surtout de la montée en puissance de la volonté de l’Université de l’imposer coûte que coûte. Ce que n’entend pas du tout le mouvement étudiant qui se bat avec en tête la Coordination des étudiants de SaintLouis( CESL).

Difficile de remporter la victoire dans une Université où on semble se décider de ne pas se plier devant les étudiants car  en donnant toujours raison à ces derniers, ils finissent par désacraliser l’Institution de Sanar. La question de la privatisation des Masters Pro agite un très vieux débat qui a monté depuis et mettant sur la table la privatisation même de l’Université sénégalaise. Cela inquiète gravement les gens qui ne sont pas très bien aisés ici. Ces « fils de paysans » comme ils adorent se nommer voient ainsi leur avenir hypothéqué par une Université quis semble décidée à appliquer la mesure de la privatisation. D’autres opposent comme objections qu’une institution publique ne saurait être privatisée. D’autres et d’autres encore de dire: s’il s’agissait d’envoyer nos enfants étudier dans une institution « privée, nous pourrions le faire en dehors de l’Université. Si nous y venons, c’est parce qu’elle est publique.

Ce qui est encore curieux et que je voudrai signaler, c’est que la Coordination avait d’abord dit qu’elle a rencontré le ministre et que ce dernier avait promis de régler la question au plus vite.Aujourd’hui, autant que nous sachions, rien n’y fit. Dans une de mes chronique intitulée « Jusq’ouira Bayballaye Kane ?« , j’exprimais mon étonnement.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, l’Assemblée générale des étudiants vient de se terminer. La grève connait un arrêt en attendant que les promesses soient respectées.

The following two tabs change content below.
Ousmane Gueye
Journaliste, blogueur, passionné de TIC et de sciences politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *