Retour sur les sables mouvants de mon enfance

Que d’émotion et de tristesse au gré de la visite que je viens d’effectuer en sillonnant les rues tristes et mélancoliques de mon enfance gandiolaise. Je suis presque abattu : la nostalgie des lieux et autres sentiers que nous empruntions avec les amis pour aller à l’École Coranique m’a interpellé plus d’une fois. Je me sens […]

Mes pensées à Ndongo Lô

Des années après sa disparition, Ndongo Lô reste toujours dans nos coeurs. Ce jeune homme parti à la fleur de l’age laisse derrière lui une très jeune famille qui ne s’attendait surement pas à le perdre à cet instant où il rentrait glorieusement dans l’histoire de la musique sénégalaise. Son dernier album « adouna » est empreint de relents nostalgiques. Il est en effet allé puiser jusque même dans les profondeurs de son enfance et de sa jeunesse passées dans les rues animées de Pikine, à Dakar, au Sénégal. C’est l’exemple lorsqu’il chante ses amis d’enfance en disant « manou malène bayi »( je ne pourrais vous abandonner). Ces airs pleins de reconnnaissance, de gratitude et surtout d’humilité le rehaussent à des niveaux très élevés d’humanisme. Il avait compris que la vie d’ici pas n’était que passage et souvenirs

Dans les rues de mon village d’enfance

Tout dans mon existence s’embrouilla. Brouille, nuages, morosité, « lugubrité », mélancolie, tristesse… tout renvoie au champ lexical de malheur ! Ta disparition si inattendue crée dans mon cœur meurtri un espace qu’aucune jouissance ne peut combler : il t’est réservé cher frère