Le Gandiol dans la couverture médiatique : où s’arrête l’info et où commence la pub ?

La couverture des convulsions et soubresauts de l’actualité gandiolaise amène vraiment à s’interroger. Depuis bien des années en effet, cette couverture se fait monnayant de gros et valeureux billets de franc CFA et je ne sais en vertu de quoi. Pour que les villageois passent à la télévision, c’est toujours- à ce que je sache- […]

SENEGAL:Pour une revue de la revue de presse

Après la « transhumance journalistique » au Sénégal, je vous convie maintenant à un petit regard sur la pratique de la revue de presse. La pensée commune assimile ces genres de revues de presse comme étant plutôt des commentaires de presse. Je suis mal placé pour énoncer et prononcer le jugement. Toutefois, je me crois autorisé à m’exprimer la dessus.

RFM, La RFI de la Médina ?

Par cette interrogation provocante, quand bien même sensée, nous voulons argumenter en faveur d’une ressemblance quasi à la lettre entre Radio France Internationale et la radio future Médias sise à l’immeuble Elimane Ndour, au cœur de la Médina, à Dakar, au Sénégal. Dire que les deux radios se ressemblent parfaitement est caricatural assurément. Rfi jugée à l’aune de sa trajectoire, de ses 44 millions d’auditeurs, de ses 400 journalistes et 300 correspondants dans le monde, de la mobilité incessante de ses employés et d’énormes moyens mis à leur disposition, n’est pas l’égale de la RFM. Rassurez-vous : la polémique n’aura jamais lieu et les auditeurs des deux n’y pensent même pas, tant on y voit très clair.

Forte de 20 langues, écoutée de Dakar à Mogadiscio, du Caire au Cap, la Radio France Internationale a marqué bien des générations. Qui n’a t- elle pas séduit d’ailleurs et partant, réduit à s’en résigner? J’ai entendu quelques voix tâchant de s’élever péniblement au dessus de l’évidence, pour s’insurger contre le fait que la Radio mondiale prolonge les frontières de la France jusqu’aux confins du monde. C’est de bonne guerre, dirai- je ! Ce n’est pas juste pour faire forte impression que RFI est financée par le ministère des affaires étrangères français, pour autant que je sache. A ces raisons manifestes de servir une actu en continu à l’image de France 24, s’ajoutent à mon humble avis, des raisons latentes d’exporter la France partout dans le monde. C’est tellement affiché que ces motivations latentes sont élevées au rang de motivations officielles, affirmées avec force pour ne souffrir aucune mésinterprétation, cette violence faite à la vraie nature des choses. Si on pouvait parler de « raisons latentes », officieuses auparavant, ce n’est plus le cas maintenant depuis que le Président Nicolas Sarkozy a montré la volonté de réunir RFI, TV5 et France 24 en une holding, afin d’arrêter les vagues déferlantes de la toute-puissance d’une Al Jazeera qui arrose la Planète. Personne ne peut s’indigner de cette idée, du moins pourquoi s’en indigner et à quelle fin ? Quelle serait la pertinence de cette éventualité ?