Ma grand-mère m’a quitté hier !

Étiquettes
17 février 2011

Ma grand-mère m’a quitté hier !

Mame Dieynaba était sans pareille. Petit curieux que je n’ai jamais cessé d’être, je lui posais mille questions sur sa jeunesse au milieu de la brousse et des troupeaux de vaches, chèvres, moutons et autres. On eût dit qu’elle avait une mémoire d’éléphant, tant rien ne lui échappait de toutes ces flopées de souvenirs qui se chamaillaient dans son esprit. C’est avec regret aujourd’hui que je constate que je n’ai plus l’interview qu’elle m’avait accordée alors. Elle m’y entretenait de sa vie de jeune fille avec ses parents, des membres de son lignage, de ses joies et de ses heurts. Ce jour-là, comme d’habitude, je l’avais rejointe sous l’ombre des arbres qui se dressaient devant sa chambre. Je lui expliquais mes intentions et tout de suie, elle accepta de se raconter. De longues histoires ponctuées à chaque fois de rires. Je suis sûr que c’était le signe que le temps l’avait dribblée, l’avais devancée et maintenant, elle était la dernière des plus vieux descendants de ses parents. Son jeune frère qui en était l’avant dernier, est décédé quelques années auparavant alors que je me trouvais

Mame Dieynaba a rendu l’âme ce mardi 15 Février 2011 aux environs de 22heures si j’en crois mon jeune neveu Abdoulaye.

J’ai du mal à me rendre à cette évidence là que plus jamais je ne la reverrai sur terre. Nous étions nombreux à l’avoir accompagnée hier matin vers sa dernière demeure. Très concentrés sur ce que nous faisions, nous priâmes pour elle plusieurs fois, puis, le cœur serré, la glissâmes doucereusement dans sa tombe que nous avons ensuite refermé  par des pelles de sable tantôt avec nos mains nues, tantôt avec un outil utilisé pour ça.

Cette scène d’une tristesse à rendre fou reste encore gravée en moi. Je n’arrive pas à croire que Mame Dieynaba est partie. Je n’arrive pas à croire qu’après mon retour de Saint-Louis, en accourant vers sa chambre, je trouverai quelle est cruellement vide. Je n’arrive pas à croire que cette scène était la dernière que je partage avec elle dans ce bas-monde.

Avec toutes mes larmes et un cœur meurtri mais qui se repentit soudain, je prie que Le Très Miséricordieux t’accueille dans son doux paradis.

AMINE

Partagez

Commentaires

mouhamadou diop
Répondre

salam. je crois k j'ai été tout aussi affecté k toi par la nouvelle; mais, hélas, so is life: nous venons de Dieu et nous retournerons à Lui. certes, la mort d'une personne si avenante et si ouverte que l'était grand-mére djaynaba nous rend tous tristes, mais le plus important maintenant c'est de prier pour k'Allah l'accueille dans son paradis, et que nous autres qui sommes encore en vie apprenions à vivre et à mourir dans le BIEN.

Ousmane Gueye
Répondre

Salam M.Diop
Oui, il faut bien se rendre à cette évidence là: ne pouvant échapper à la mmort, nous devons donc travailler à échapper aux tourments qui nous guettent si jamamis nous négligeons les préceptes de Dieu. Oui, que la Terre de Dégou-Niayes lui soit légère !

Issam
Répondre

salut mon frére je ne sais même pas quoi te remercier tu as parfaitement raison de tout ce que tu as dis sur elle. je peux dire vous qui avez assisté à son enterrement vous arriverez peut être à mettre dans la tête qu'elle n'est plus la moi j l'imagine toujours dans chambre ou tout le monde se rencontré le matin .Vraiment en ce moment je peux même pas dire ce que je ressent atout cas que la terre lui soit légère

Ousmane Gueye
Répondre

Salam
Effectivement et c'est sur ce point, les avis sont unanimes: elle était une femme hors du communJ'ai perd beaucoup de parents ces derniers temps, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi la disparition de mame Dieynaba est celle qui me marque le plus ! Dieu sait que je ne peux pas croire qu'elle est décédée. Oui, que la terre de Dégou-Niayes lui soit légère.

ousseynou sow
Répondre

bonjour.mrs.ousmane .se une plaisir. avoir de nouvelle .sur les ploblement..de la societe.la ou nouvaunon

Ousmane Gueye
Répondre

Salut c'est qui tres cher lecteur ?